Actualités

De la philo au Musée !

Par SEBASTIEN FONTAINE, publié le jeudi 30 juin 2022 14:14 - Mis à jour le vendredi 1 juillet 2022 08:27
Photo-3eme_resultat.jpg
Les élèves de terminale générale du Lycée Lucie Aubrac de Davayé ont fait de la philo hors les murs !

Ils sont partis à Paray le Monial au Musée d’art sacré du Hiéron à la découverte des œuvres du peintre et calligraphe Abdallah AKAR. Ils ont échangé avec l’artiste, invité par le musée, à propos de son œuvre inédite, réalisée pour le musée : Yusuf, l’autre Joseph, monumental octogone en suspension dans la salle centrale où l’histoire de Jospeh est calligraphiée sur des pans de tissus offrant un jeu de lumière et de couleurs. Ils ont pu aussi découvrir d’autres œuvres de l’artiste, des calligraphies de poèmes mais aussi des textes coraniques. Ce dialogue entre les cultures initié par le musée et exploré par l’artiste a permis aux élèves de réfléchir aux liens entre art, culture et langage. Cette réflexion s’est prolongée par un atelier de calligraphie. Le maître est revenu sur l’histoire de l’écriture, la fabrication des outils : le calame en bambou, et le geste intimement lié à la respiration. Ensuite chacun s’est essayé à la déclinaison des pleins et déliés autour du champ lexical de l’écriture : un technique ardue ! En fin de séance l’artiste a offert à chacun un beau cadeau : son prénom calligraphié. Cette visite et cet atelier ont été des moments d’échanges très riches à tel point qu’il a été difficile de repartir…..

Les élèves sont ensuite partis à la découverte de la nature, ou plutôt de sa représentation très culturelle aux Musée des Ursulines à Mâcon. Avec l’enseignante d’éducation socio-culturelle, ils ont analysé et décrypté l’immense papier peint panoramique intitulé Les sauvages de la mer du Sud, réalisé en 1804 dans les ateliers de Joseph Dufour, œuvre qui interroge quant à la représentation d’un état de nature fantasmé à mettre en perspective avec le titre et les textes étudiés en philosophie. La réflexion s’est poursuivie avec l’analyse de natures mortes et de paysages de la collection des Beaux-Arts européens. L’atelier s’est terminé par la plongée dans l’univers de Vincent Fournier et ses créations photographiques contemporaines « Le Bestiaire » tiré de Post Natural History, proposant une représentation d’une nature augmentée ouvrant ainsi notre champ de vision. Une autre manière, concrète de faire de la philo !